L’appétit et la santé lors d’un traitement du cancer.

 

Je vous propose d’évoquer un sujet délicat qui est de pouvoir conserver l’appétit et la santé lors d’un traitement du cancer.

 

Le repas est un moment rare qu’il ne faut pas négliger. Il doit être accessible à tous, à la maison, à l’hôpital et plus largement hors foyer. Continuer de bien manger quand on est malade, pour optimiser le bénéfice des traitements médicaux, passe par la mise en œuvre de solutions culinaires pour conserver le plus longtemps possible le plaisir de passer à table.

 

Pendant cette période, les besoins nutritionnels des patients sont bien plus élevés qu’en temps ordinaire et l’apport de protéines est primordial.

 

Quels sont les effets indésirables des traitements ?

Les effets les plus fréquents sont : la prise de poids, la dénutrition, les troubles digestifs, la fatigue, les diarrhées ou constipations, les nausées et vomissements, les déviances du goût et de l’odorat, les problèmes en bouche, la dysphagie (difficulté à avaler).

 

Quelles solutions existent-ils ?

Contre la dénutrition : Enrichir son alimentation permet d’augmenter l’apport énergétique/protéique des repas sans en augmenter le volume.

La solution est d’enrichir son alimentation :

ü  en protéines avec l’ajout de produits laitiers (poudre de lait, lait concentré entier, fromage râpé,…) et de viandes/poissons/œufs.

ü  en énergie avec les matières grasses (beurre, margarine, crème fraîche, huile…), fruits oléagineux (noix, noisettes, amandes…) ainsi que les aliments riches en glucides complexes (farine, tapioca, vermicelles, semoule fine,…) et glucides simples (notamment les fruits secs).

 On associe généralement 2-3 sources d’enrichissement par préparation d’où l’importance de diversifier son alimentation !

 

Contre les troubles digestifs : Les feuilles de Boldo aident les digestions difficiles et seront utilisées dans les recettes sous forme de feuilles séchées. Le bulbe du fenouil est un dépuratif intestinal, conseillé en cas de troubles digestifs.

 

Contre la fatigue : Des recettes simples et rapides pour préparer en un rien de temps des plats pour manger quand l'envie se présente. Certains types de cuisson rapides sont à privilégier comme celle au four à micro-ondes qui permet cuisiner rapidement tout en sauvegardant au mieux le profil nutritionnel des aliments et en évitant les odeurs. Les petites portions dans des verrines, petits moules ou verres semblent souvent plus appétissantes et pourront être dégustées hors repas quand l'envie s'en présente. Privilégiez des recettes pouvant être dégustées à toutes températures, que ce soit froid, tiède ou chaud.

 

Contre la diarrhée : la carotte cuite est excellente. Les graines de cardamome (utilisées sous forme moulue) sont également bénéfiques. Les aliments comme les légumineuses, les laitages et fromages frais, les produits laxatifs (rhubarbe, épinards, pruneaux), les céréales de type pain complet ou riz complet, les fruits et légumes crus (sauf carottes), les matières grasses cuites sont déconseillés.

 

Contre la constipation : le pruneau a une action laxative et facilite le transit intestinal. Les fleurs du Sureau noir (utilisées sous forme séchée) seront bénéfiques.

 

Contre les nausées et vomissements : Il est cependant possible de limiter les odeurs, voire les supprimer, avec des modes de cuisson adaptés. Les cuissons au four micro-ondes, vapeur, en papillotes avec des sachets conçus pour la cuisson permettent de cuisiner sans odeur. Le gingembre intégré aux recettes sous forme de poudre ou frais, est réellement efficace contre les nausées. Les feuilles de menthe poivrée soulagent les nausées.

 

Contre les déviances du goût et de l’odorat : N’hésitez pas à jouer la carte du sucré-salé. Les graines de fenugrec et les feuilles de basilics agissent contre ces déviances.

 

Bon à savoir

La mise en place d’ateliers de cuisine spécifiques à cette problématique est prévue pour les malades, les aidants directs ou indirects, très prochainement.